Poème "L’égrégore éphémère"

Publié le par TangOlive

Photo Cadeau de Michel Robert

Photo Cadeau de Michel Robert

Notre amie Marie-Véronique nous invite à lire ce beau poème, dans lequel danseuses et danseurs se retrouveront bien. LAB

"J'ai rencontré l'auteur au Café Associatif des Pilles, lors d'une scène ouverte de lecture de poèmes, ou il en a fait lecture.
 
Il m'a confié ce texte que je trouve très beau, et son accord pour qu'il soit publié sur notre site.  Marie-Véronique"

L’égrégore éphémère

 

Les lampions de l’été prennent la place du jour.

Ils sont là, inconnus l’un de l’autre.

Leurs habits de lumière sont des voiles déchirés qui les ancrent à la terre.

 

Il reste encore une ombre.

 

Déjà l’homme au bandonéon, tel le chamane les met sur le chemin,

Il accorde sa mélodie à celles et ceux qui entrent dans le cercle d’alliances.

 

Pas à pas ils se découvrent

Corps à corps ils créent l’espace

Cœur à chœurs ils dessinent le temps

Et le jour s’est perdu et la nuit les embrasse.

 

La guitare et ses cordes les enchaine l’un à l’autre.

Ils sont devenus UN survolant le sacré,

Enroulant la musique jusqu’aux accords perdus.

 

Ils se sont reconnus ivres de tous les sens.

Il est devenu elle.

Elle est entrée en lui.

Offrant un instant de destin aux étoiles connues.

 

Ce n’est pas un spectacle, c’est un bout de leur vie

Qu’ils donnent en pâture à ceux de l’autre monde.

 

L’une et l’autre ne sont plus que Tango, tango, tango,

Tanguer encore et encore

Jusqu’à perdre le souffle, jusqu’à perdre l’instant.

 

Et puis, et puis, le temps d’un espace

Le silence prend les pas

L’Argentine est si loin.

 

Les regards se libèrent, se séparent.

L’une et l’autre savaient l’égrégore éphémère.

Ils s’éloignent, vainqueurs d’un amour partagé

Le sel de la vie les ayant communiés.

 

Mais déjà l’homme au bandonéon

Les yeux vers d’autre union, délivre d’autres portées.

 

Il est le bâtisseur des danseurs aux pieds d’or

Ils sont prêts, ils embarquent

La spirale les prend jusqu’au bout de la nuit, jusqu’à l’épuisement.

 

Ils seront musiciens, magiciens, être humain.

 

Les lampions de la nuit humblement vont s’éteindre.

Le silence est plus grand

Tango, tango, tango

Dans ma tête résonne

Tango, tango, tango

 

Comme le mandala le cercle s’est effacé

Tango, tango, tango

 

Ils ont les yeux fermés et en fin le silence est musique.

 

Claude Gerbert

(Lu au Pilanthropes en 12/18, lors de la scène ouverte de Contes et Rencontres)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sergio 15/03/2019 21:45

tout est là,que dire de plus...sinon merci Claude , merci Marie Véronique pour le partage.
Sergio

Cécile 06/03/2019 08:18

Merci Claude pour le partage de ton poème, je me souviens de cette soirée d'été où nous nous laissions habités par l'énergie propagée par La Marca Tango, qui t'avait tant inspirée... Il y aura une nouvelle occasion cet été, le deuxième mardi du mois de Juillet !